Où sommes nous ?

Strategie et verification des sauvegardes

La solution que j'ai mise en place pour sauvegarder principalement mes photos.

Depuis maintenant plusieurs décennies, nos photos, voir beaucoup de nos documents, sont numériques. L'avantage est qu'un document numérique ne s'abîme pas et n'en déplaise à certains photographes soi-disant "pro" ne se dégrade pas lorsqu'on en fait des copies (sauf si on le ré-encode). Mais fait-il encore qu'il reste lisible après le temps de conservation que nous souhaitons.

Choix des formats

Un point souvent négligé, mais qui a son importance : est-on certain que les fichiers que nous sauvegardons aujourd'hui resteront lisibles dans 3, 4 ou 5 décennie ? Avec l'évolution de l'informatique, même si les choses commencent à évoluer favorablement, ce n'est pas si évident que ça.

Fichiers textes

Mon premier taf était dans le milieu hospitalier où nous devions conserver certains documents pendant ... 70 ans. Heureusement, le stockage informatique de l'époque était hors de prix, le milieu assez conservateur et donc, tous ces documents étaient archivés sous forme papier ... et tant mieux : je mets au défi qui que ce soit de réussir à relire correctement des fichiers m$-word2 (déjà que la version suivante, m$-word6 était incapable de le faire).

De nos jours, l'archivage ne se fait qu'en numérique ... reste à choisir le format.

La règle d'or est de choisir dans l'ordre :

Vidéos

Côté conteneur, je ne conserve que les fichiers .mp4 pour les vidéos simples et .mkv pour ceux enrichis (sous-titre, plusieurs bandes sons ... les films quoi). Non seulement ce sont les formats les plus répandus donc dont la durée de vie semblent assurés pour un moment, mais en plus, leurs compressions sont efficaces.
.avi, .mpeg et autres joyeusetés sont obsolètes.

Reste le problème du codec : oublions d'office tous les exotiques qui ne sont pas forcément si bons que vendus, mais surtout ne sont pas très répandus et dépendent souvent de boites privées. De plus, si on cherche la durée, il faut évidemment qu'il soit reconnu par un maximum de logiciel sur un maximum de plateformes différentes (TV, Linux, tablette, ...).

Je suis me suis donc pour le moment fixé sur le x264 en compression agressive (que je détaillerais dans un autre billet) qui fonctionnent sur TOUTES mes machines de moins de 15 ans. Son successeur, x265 me semble prometteur, car offrant un taux de compression encore plus fort, mais reste pour l'heure illisible sur ma TV par exemple.

Malgré la compression très agressive que j'utilise, se pose très rapidement un problème de place : c'est pourquoi, j'utilise principalement des vidéos en 1080p pour les plus intéressantes, du 720p pour le tout venant.
Ma TV est d'excellente qualité et "upscale" joliment le 720p ... mais je n'ai rien pour lire du 4k, 8k ou autre (idem pour les codages 10 bits). Donc on s'en passe. Peut-être que si je dois vivre une expérience UNIQUE, je montrai à une résolution plus haute ... peut-être.

Cela va un peu à l'encontre de l'objectif de longévité ... mais il faut tenir compte aussi de la place nécessaire : plus c'est gros, plus ça sera difficile à gérer.

Audios

Pour des raisons de compatibilité, je n'utilise que du .mp3 : sans doute pas le plus efficace avec ses pertes, mais le plus répandu donc pas de risque qu'il disparaisse du jour au lendemain et reconnu par strictement TOUTES les machines.

Si je souhaitais une compression sans perte, je partirais sur du .flac, standard de fait, mais je n'en ai pas encore le besoin.

Photos

On attaque le (très) gros morceau : avec près de 60 000 photos archivées à ce jour, ça prend BEAUCOUP de places. Surtout que les APN n'ont pas une compression forte et des résolutions de plusieurs millions de pixels parfaitement inutiles si l'on ne les imprime pas.

Pour les photos d'évènements exceptionnels (genre ... notre mariage) ou celles que je pense imprimer, je conserve les photos dans leur résolution maximale sans trop forcer pour la compression.

Pour le tout venant, ça sera du 1080p pour rester compatible avec les vidéos et une compression JPEG de 86% dont la dégradation reste invisible à l'œil nu : les photos obtenues font moins de 300ko.

Conseil : que ce soit pour les vidéos, les sons ou les photos, les réductions de tailles et compressions fortes se font UNE FOIS TOUTES MODIFICATIONS FAITES. En effet, avec des compressions fortes, la qualité est légèrement dégradée. Et lorsque l'on les compresse plusieurs fois, ça fini par se voir.

Sauver ... sur quoi ?

Je passe sur mes débuts avec les CD ou DVD : même si j'en ai toujours du temps de mes Amiga et qui sont toujours lisibles, franchement, au-delà de 5 ans, c'est juste du bonus.

Ensuite, je suis passé aux DAT que j'ai à foison (et j'ai bien sûr plusieurs lecteurs pour être sûr de pouvoir les relire). Mais, elles sont LENTES, fragiles et surtout limitées à 4 Go pour les modèles à ma disposition. Rapidement pénibles pour gérer des milliers de photos voir inadapté aux vidéos.

Leur prix ayant dramatiquement baissé, la seule solution viable que j'ai trouvée sont des disques durs, magnétique ou SSD, les problématiques resteront les mêmes.

N'oublions jamais : RIEN N'EST FIABLE, RIEN N'EST ÉTERNEL.

Bref, le maitre mot doit toujours rester LA REDONDANCE

Du coup, j'ai acheté de très gros disques (enfin, pour l'époque) installés dans 3 vieux PCs trop lents pour une utilisation moderne (genre P-II), ou qui souffre de défaillances peu importantes (perte d'une composante sur la carte vidéo). Ils tournent sur 2 OS différents fiables (NetBSD et Linux, pas de windowserie), figés pour éviter de mauvaises surprises lors des mises à jour et sur lesquels ne tournent que les services indispensables. Ils ne sont allumés que lors des sauvegardes et se synchronisent entre elles par un classique rsync.

Lorsque l'une d'entre-elles finira par lâcher, j'ai suffisamment de machines en stock pour en recréer une.

Vérifier que les sauvegardes restent fiables

Le problème est que quel que soit le média utilisé, lui non plus n'est pas fiable : les CD / DVD deviennent illisible au bout de quelques années, les disques durs magnétiques se démagnétisent, les SSD se dépolarisent ... Bref, il est aussi important de vérifier que les fichiers y sont toujours identiques à l'original.
C'est le but du script suivant qui va :
Attention, cela peut être très long (jusqu'à plusieurs heures avec mes 60k photos !) en fonction du nombre de fichiers, la puissance du CPU, mais surtout de la mémoire disponible et de la rapidité des accès disque.
#!/bin/bash

RES=~/arch_chksum

rm -f $RES.old
mv $RES $RES.old

cd ~/ArchivesPhotos

echo $( date ) " - Recherche des fichiers"
find . -type f > /tmp/lst_fch
echo $( date ) " - " $( wc -l < /tmp/lst_fch ) " fichiers détectés"

sort -o /tmp/lst_fch /tmp/lst_fch
echo $( date ) " - " $( wc -l < /tmp/lst_fch ) " fichiers triés"

cnt=0
while IFS= read -r f; do
((cnt+=1))
echo -ne " $cnt"
cksum "$f" >> $RES
done < /tmp/lst_fch
echo $( date ) " - " $( wc -l < $RES ) " fichiers traités"

diff $RES.old $RES

Visitez :
La liste de nos voyages
Nos sorties Ski et rando
Copyright Laurent Faillie 2001-2022
N'oubliez pas d'entrer le mot de passe pour voir aussi les photos perso.
Contactez moi si vous souhaitez réutiliser ces photos et pour les obtenir avec une plus grande résolution.
Visites durant les 7 derniers jours Nombre de visites au total.

Vous pouvez laissez un commentaire sur cette page.