Où sommes nous ?

DLNA

uPNP : Le numerique communicant à la maison

MP3, AVI, photos numérique ... les appareils numériques ont envahi peu à peu nos maisons créant un énorme capharnaüm et pas mal de frustrations dès qu'il s'agit d'échanger des fichiers entre appareils. Car même si les formats eux sont standards, c'est loin d'être le cas au niveau de la connectivité. Et si une clef USB reste encore envisageable pour transférer un film en SD (simple définition) d'un PC à sa TV, c'est franchement trop fastidieux pour un film full HD ou 3D : 8 à 12 Go quand même.

Mais ça, c'était AVANT : les constructeurs se sont penchés sur le problème et ont créé le DLNA, pour Digital Living Network Alliance, qui établit les normes et protocoles permettant à tous ces objets de communiquer en toutes simplicités.

Si l'on fait une petite recherche sur le web, on tombe rapidement sur pas mal d'articles qui mettent en lumières des limitations et problèmes. Dans ce billet, je vais parler de ma propre expérience qui n'est pas si négative que ça.

La communication

Les derniers développement de la norme autorise aussi l'IPv6 sauf qu'à ce jour, très peu d'appareils acceptent cette norme.

Une fois n'est pas coutume, les constructeurs n'ont pas pondu de nouvelles normes ni des standards propriétaires fermés et le DLNA se fonde sur des technologies ouvertes, standards et accessibles. Au niveau le plus bas, il s'appuie sur un réseau IPv4. Ça ne vous rappelle rien ? Ben si, c'est un réseau informatique classic comme votre réseau domestique ou Internet lui-même. Du classic je disais.

Le médium importe peu, généralement les appareils sont équipés de connecteurs Ethernet ou encore de WiFi mais rien n'empêche d'utiliser le bluetooth d'un smartphone pour peu que l'appareil commandé supporte cette norme ou qu'il existe une passerelle quelque part sur votre réseau.

Si la norme standardise une vitesse minimal de 10Mo (et encore, à nouveau je ne vois pas ce qui empêcherait d'utiliser un réseau plus lent si on ne transfère que de la musique ou des ordres), j'ai dû basculer mon réseau au 100Mo : la 3D ou le FullHD ne passent pas sinon.

Dernier point, il faut que le broadcast soit possible entre les différents intervenants. Si s'est pour vous du charabia et que vous êtes sur un réseau privé, ça ne devrait pas poser de problème. Sur un réseau collectif, il est fortement conseillé d'en parler d'abord à l'administrateur.

Mes choix

Pour en finir avec le chapitre sur la communication, il faut savoir que les participants se découvrent automatiquement :

Les objets communicants

uPNP, uPNP-AV, DLNA : question de normes

DNLA est avant tout une alliance commerciale qui certifie les appareils en suivant certains protocoles et tout ceci est bien entendu payant. Heureusement, la porte n'est pas fermée pour l'open-source, loin de là : l'autre nom de DNLA est uPNP-AV qui est une extension du déjà très répendu uPNP utilisé entre autre par Avahi pour avoir un réseau sans configuration. Et que ce soit uPNP ou uPNP-AV, leurs spécifications sont ouvertes ...

Si pour les périphériques clients, il est préférable d'avoir un matériel certifié pour éviter les mauvaises surprises (et on verra plus loin que c'est loin d'être suffisant), côté logiciel, pas besoin de payer cher des logiciels propriétaires ou d'utiliser des OS insipides et générateurs d'écran bleu aléatoire .

Les clients : DMP, DMR, DMP, ...

Attention

D'après mon expérience, c'est le point faible du système donc il faudra les choisir avec beaucoup d'attention. J'en parlerai plus loin.

Il existe différents types de clients et on ne va pas échapper à quelques anglicismes :

Côté serveur

Généralement, quand on achète un appareil compatible DLNA, il préconise parfois l'utilisation d'un logiciel propriétaire (chez Samsung par exemple), et généralement du générateur d'écran bleu, dernière version bien sûr histoire que les gens migrent (hum, $$$$$).

Il existe cependant des logiciels open-source qui font aussi bien, voir même mieux. Sous Linux, j'utilise l'excellent mediatomb qui remplit parfaitement ce rôle, mais il n'est pas le seul (minidlna, ...).

Il existe aussi des appareils qui permettent de se passer d'un ordinateur : c'est le cas de certains NAS, des media serveurs, ...

DNC : les télécommandes

Les Digital Media Controller sont généralement des appareils mobiles qui permettent de commander un client. On trouve dans cette catégorie des applications pour smartphone, des appareils photos ... L'intérêt ne parait pas évident de prime abord (en tout cas pour moi), mais ils permettent de faciliter l'utilisation de chaîne hi-fi connectée, d'envoyer des photos vers une TV directement depuis un APN, ...

Passons à la pratique

Côté serveur

Franchement aucun problème de ce côté la : on installe mediatomb, on lui dit quels sont les répertoires à diffuser et zzzzzoooouuu, ça roule.

Mieux, si on s'affranchit de tout transcodage, l'uPNP n'utilise que très peu de ressources : j'utilise un Celeron 2Ghz sous Gentoo avec seulement 256Mo de RAM, mediatomb n'a strictement aucun impacte sur les autres services qui y tournent. Comme peu  de formats ne passent pas sur ma TV (dans ce cas, je lis les vidéos sur mon portables ou je les transcode en batch si je veux les conserver), le seul besoin de transcodage à la volée serait pour incruster des sous-titre. Mais à nouveau je m'en affranchis en les convertissant en MKV : Mediatomb a plein de possibilités de transcodage, mais mon serveur est déjà bien stressé côté RAM, pas la peine d'en rajouter.

Le client par excellence : la TV

Comme je le disais précédemment, beaucoup se plaignent des limitations et des problèmes avec le DLNA : telle vidéo ne passe pas, je n'arrive pas à mettre en pause ou à revenir en arrière, ...

Le problème ne vient généralement pas de la norme mais du ... téléviseur. La première chose à faire lors de l'achat est de vérifier les formats supportés. Et même après ce premier épurage, un petit tour sur internet pour voir quelles sont les problèmes avec les modèles restant et on a bien des surprises même avec des marques qui ont pignon sur rue. Entre autre, les workarounds des logiciels comme mediatomb sont édifiants.

Certains constructeurs jouent aussi sur les mots, en disant que certaines actions ne sont pas supportées par la norme. Oui mais non : ma Panasonic gère très bien l'avance rapide, la pause, le retour ... bref manipule les vidéos DLNA comme si elle était en locales.


Visitez :
La liste de nos voyages
Nos sorties Ski et rando
Copyright Laurent Faillie 2001-2017
N'oubliez pas d'entrer le mot de passe pour voir aussi les photos perso.
Contactez moi si vous souhaitez réutiliser ces photos et pour les obtenir avec une plus grande résolution.
Visites durant les 7 derniers jours Nombre de visites au total.

Vous pouvez laissez un commentaire sur cette page.