Où sommes nous ?

Test de Raspbian avec une alim de 500mA

Pour favoriser la présence du Banana sur le Web, LeMaker m'a offert 2 cartes supplémentaires qui me serviront principalement pour valider les mises à jour systèmes (et en particulier les tunings du kernel) et mes bidouilles hard avant de les installer sur ma machine de prod.

Première expérimentation avec ces nouvelles cartes : test plus poussé de Rasbian (souvenez-vous, j'avais acheté une carte mémoire avec cet OS pour mon premier Banana avant d'installer Gentoo). De plus, n'ayant pas d'autre alimentation sous la main, je tente celle de mon APN qui ne délivre que 500 mA.

Le matos ...

Rasbian

Mes premières impressions se vérifient : je ressens une certaine latence une fois dans l'environnement graphique. Attention, le système reste largement utilisable et même le peu d'expérimentations que j'ai pu faire avec Midori montre que les animations sont parfaitement rendues. Mais il y a un léger décalage, presque imperceptible, lors des manipulations de fenêtres.

L'explication se trouve dans les messages de boot : Rasbian est un ... Rasbian, c'est-à-dire qu'il a été compilé pour un ARM v6 (le proc du Raspberry) et alors que le A20 est un V7. D'où une certaine perte de puissance. S'ajoute aussi et toujours le manque d'accélération graphique.

Il existe des OS plus optimisé pour le BananaPI, en particulier Bananian qui est, je crois compilé pour l'ARM v7. Aucun doute que les résultats seront meilleurs : Il faudrait que je refasse un test avec ce dernier, surtout lorsque l'accélération matérielle sera totalement fonctionnelle (ce qui ne serait tarder).

Et pour les 500mA

Bien, ça boote sans problème. Sur un système à vide, le MPU m'indique que l'alimentation fournit un 4.8v stable et que la consommation oscille entre 200 et 300 mA, 400 mA en faisant un find sur la carte. Aucun problème de stabilité à noter pour des utilisations simples comme par exemple jouer avec un shell.

Où les choses se gâtent, c'est lorsqu'on commence à jouer avec des applications graphiques : accéder à la page d'accueil de mon site avec Midori, c'est-à-dire avec quelques images et un texte qui scrolle ... le PI stoppe tout net. Je pense que l'on s'approche alors des 500 mA fatidique et que le PMU se met en sécurité : même la LED rouge s'éteint, ce qui indique un arrêt complet du système.

Conclusion

En dépannage, en désactivant toute activité graphique et évidement, sans autre périphérique alimenté ... 500 mA peut suffire. Cependant, la supervision de mon serveur de prod, headless, a montré qu'en chargeant le CPU comme lors de grosses compilations, on flirte avec les 450 mA. Bref, on verra plus gros pour une vraie utilisation.

Note : c'est d'autant plus vrai que certaines alimentations ont une vision toute personnel du terme stabilisé. Par exemple, celle qui alimente mon bPI de prod oscille entre les 5,05V et 4v55V sans que ce soit corrélé avec une charge CPU ou une variation du secteur (il y a un onduleur devant).


Visitez :
La liste de nos voyages
Nos sorties Ski et rando
Copyright Laurent Faillie 2001-2017
N'oubliez pas d'entrer le mot de passe pour voir aussi les photos perso.
Contactez moi si vous souhaitez réutiliser ces photos et pour les obtenir avec une plus grande résolution.
Visites durant les 7 derniers jours Nombre de visites au total.

Vous pouvez laissez un commentaire sur cette page.